A Pat Story : saison 2

Ouais sans blagues, ouais, et ça c'est le forum à Chimel ouais, C'EST QUOI MON NOM?

Modérateur : Chimel

Avatar de l’utilisateur
Aikau le bo
Maître-Goule
Messages : 1433
Inscription : lun. juin 07, 2004 11:30 am
Localisation : Vers l'infini et au-delà...

Re: A Pat Story : saison 2

Message par Aikau le bo » mer. oct. 22, 2008 11:40 am

A Pat Story : saison 2. Episode 11

- « Et ton copain, là, Ward… T’es sûr qu’il est vraiment mort ?
- Je pense, oui. Note, la première fois qu’il est mort, il…
- La première fois ?!
- En effet, le professeur semblait tenir énormément à la vie, hahaha ! Il faut dire que nous avions peut-être commît une petite erreur en l’enterrant – pressé par le temps, il est vrai – dans un lieu très largement chargé en énergie thaumaturgique, en France. Du coup, Charles nous a rattrapé deux jours plus tard alors que nous embarquions à bord de l’Orient-Express pour la suite de notre périple.
- Tu veux dire que c’était devenu un mort-vivant ?!
- Hum… non, pas exactement. Je n’ai pas eu vraiment le temps de l’étudier, mais je pense qu’une Entité a essayé de le posséder à sa mort. Charles a apparemment réussi à soumettre l’Entité et à utiliser son énergie pour renaître. Enfin, je devrais plutôt dire réintégrer son enveloppe charnelle que renaître. Toujours est-il que nous l’avons retrouvé dans le train, l’esprit toujours aussi vif…plus, même…
- Plus ?
- Eh bien… Tu sais, comme tous les grands génies – et le professeur Ward en était un sans aucun doute – il était un peu « tête-en-l’air », comme on dit. Après sa première mort, il semblait plus… concentré, moins prompt à passer d’une idée à une autre sans prendre le temps de s’attarder dessus.
- Je vois… Comment est-il mort ? La première fois, j’entends.
- Eviscéré par une créature tout à fait fascinante, un prodige d’ingénierie, si tu veux mon avis. Un système thaumato-hydrolique d’une rare complexité permettait à un canidé de très grande taille de se mouvoir avec une célérité peu commune pour…
- Un canidé !? Un putain de chien à moitié mécanique !?
- Euh… oui ? Tu te sens bien, Pat ? Tu es tout blanc…
- Hein ?! Euh… ouais, ouais, ça va… et ce « canidé », il venait d’où ?
- Nous n’avons jamais pu trouver de corrélations suffisamment fortes pour en avoir la certitude, mais la thèse du défunt White Hat – probablement un haut gradé de l’Agence, soit dit en passant - était que nous nous sommes retrouvé au beau milieu d’un conflit ouvert entre deux acteurs majeurs de l’occulte européen : le Comte Fénalik et le « Rêveur ». Le Comte est un vampeyre fort distingué versé dans les nouvelles technologies de notre époque. C’est donc probablement lui qui a fabriqué l’automate bio-technologique. Il a été très déçu lorsqu’il a apprit que le professeur Ward était mort. A deux reprises… Bref, nous avons rencontré Fénalik pour la première fois en son château de Kasmk lors d’une « petite excursion » en Roumanie. Un être charmant. Il s’est montré légèrement agressif quand nous lui avons volé une pièce de la statue, certes, mais je pense que c’était pour lui plus un point d’honneur - en véritable gentleman qu’il est - qu’une réelle inimité à notre égard et… Pat ? Tu m’écoutes ?
- Vous avez cambriolé un vampire… ?
- Cambriolé ! Quel terme désagréable ! Parfaitement impropre à résumer la complexité de la situation telle qu’elle était ! Mais enfin, factuellement… oui
- Ah… »

Des malades ! Ce sont des malades ! Les putains de vampires font parties des putains de créatures les plus puissantes et vicelardes à avoir des relations directes avec les humains… Pas parce qu’elle sont les plus fortes physiquement (même si elles sont extrêmement résistantes), mais parce qu’elles sont passé maîtres dans l’art de la manipulation humaine… Je les déteste. Même si les vampires avec qui j’ai traité m’ont toujours bien payé. Je prends leur fric, d’accord, mais je les déteste. Mais je ne déteste pas le fric, à l’occasion… J’ai une morale stricte, mais des créanciers qui le sont encore plus…


Pat Garret
Pour n’offenser personne il ne faut avoir que les idées de tout le monde
Helvétius
Avatar de l’utilisateur
Chimel
Maître-Goule
Messages : 1146
Inscription : mer. mai 26, 2004 10:48 am
Localisation : A l'Opéra

Re: A Pat Story : saison 2

Message par Chimel » mar. oct. 28, 2008 10:02 am

magnifique! J'adore ton dernier paragraphe... Dis moi.. ne serais tu pas en train de découvrir une face terriblement cynique du charmant Garret?
En essayant continuellement on finit par réussir. Donc, plus ça rate, plus on a de chance que ça marche
Avatar de l’utilisateur
Aikau le bo
Maître-Goule
Messages : 1433
Inscription : lun. juin 07, 2004 11:30 am
Localisation : Vers l'infini et au-delà...

Re: A Pat Story : saison 2

Message par Aikau le bo » mar. oct. 28, 2008 10:41 am

Merci beaucoup :mrgreen: ! Pat le cynique? Naaann... Disons moralement adaptable... Mais toujours du côté des gentils ( mais Pat Garret est un gentils, donc on peut en conclure que...)!
Pour n’offenser personne il ne faut avoir que les idées de tout le monde
Helvétius
Avatar de l’utilisateur
Aikau le bo
Maître-Goule
Messages : 1433
Inscription : lun. juin 07, 2004 11:30 am
Localisation : Vers l'infini et au-delà...

Re: A Pat Story : saison 2

Message par Aikau le bo » mar. oct. 28, 2008 1:16 pm

A Pat Story : saison 2. Episode 12

- « Ok pour Fénalik. Et l’autre, le « Rêveur » ?
- Eh bien… Nous l’avons rencontré en personne pour la première fois en Suisse, à Lausanne. Il semblait très intéressé par notre petite équipe et a un peu joué avec nos nerfs. Métaphoriquement, j’entends… Pour faire court, il nous a projeté dans son Rêve.
- « Projeté dans son rêve » ? On peut faire ça ?
- Oh ! Bien sûr ! Il faut être un rêveur extrêmement puissant, certes, mais c’est tout à fait possible.
- Mais… C’est une espèce de démon ou un truc de ce genre ?
- Non, je ne pense pas. Tu sais, Garret, les êtres humains ont des ressources en eux souvent insoupçonnées… Avec du talent, du temps et les connaissances adéquates, on peut réaliser des choses extraordinaires…
- Je vois qu’Hélaï t’as parlée de moi…
- Je ne parlais pas de toi et de ta jeune indienne, petit malin… Enfin bref, après quelques péripéties, nous avons quitté son Rêve et avons embarqué à bord de l’Orient-Express. Ah, j’oubliais presque : c’est à cette occasion que le professeur Charles Dexter Ward est mort pour la seconde fois. Le Rêveur à détruit le lien qui unissait son corps biologique et son empreinte astrale. J’ai cru comprendre que Ward allait être une grande distraction pour ce Seigneur Onirique…
- Mais, il est vraiment mort ou pas ?
- Dans notre monde ? Sans aucun doute ! J’ai vu de mes propres yeux son corps tomber en poussière. Dans le Temps des Rêves… qui sait ? Peut-être est-il condamné à passer l’éternité à amuser le Rêveur… Enfin, pour en revenir au canidé et à la première mort de Ward, je soupçonne le comte Fénalik et le Rêveur d’avoir voulu s’emparer du professeur. Le vampeyre a envoyé son automate en France, mais l’affaire a mal tournée et Ward est mort. Le Rêveur, lui, a réussit à le capturer, à Lausanne.
- Mais… pourquoi vouloir enlever ce type ?
- Difficile d’en être totalement sûr, mais je pense que ces deux puissances de l’occulte voulaient surtout éviter que l’autre partie ne l’enlève en premier… En tout cas, ce qui est certains c’est que le comte aurait pu faire un usage… intéressant du génie de Ward. Quand au Rêveur, comment appréhender ses motivations profondes… ? L’amusement ? Il semblait beaucoup s’ennuyer… »

Malgré le style alambiqué du récit de Magnus, j’entrevois une trame… Deux puissants : le comte Fénalik et le Rêveur. La saloperie de vampire s’intéresse aux sciences. Ward est un génie des sciences. Le vampire tente de le capturer. Ca foire, le type meurt mais, par chance ( ?), revient sur le devant de la scène. Entre-temps, le rival du comte se prépare et réussit à capturer toute l’équipe. Tous sont relâchés sauf le professeur. Le Rêveur détruit son corps, mais pas son esprit. Pourquoi ? Pour se distraire ? Bof. Pour nuire à son rival ? Mieux.
Réfléchissons en terme militaire… Empêcher l’adversaire d’acquérir une nouvelle arme est en soit un objectif mais… retourner la dites armes contre l’ennemi, voilà qui serait en plus… amusant…

- « Et… dis-moi, Magnus… ? Tu t’intéresses aux bio-truc-de-chiens, toi aussi… ?
- Euh… oui ? Pourquoi ?
- Et… tu n’aurais pas été très intéressé par les travaux de Fénalik, par hasard… ?
- Eh bien… oui, bien sûr, un travail remarquable qui…
- Tu lui as piqué ses secrets quand t’étais dans son château en Roumanie?
- Comment ?! Non ! Je…
- Alors c’est oui ?
- … Oui, un peu…

Ben voilà. J’ai tiré sur la pelote. Manque de bol, une enclume en équilibre instable juste au-dessus de ma tête était au bout…


Pat Garret
Pour n’offenser personne il ne faut avoir que les idées de tout le monde
Helvétius
Avatar de l’utilisateur
Aikau le bo
Maître-Goule
Messages : 1433
Inscription : lun. juin 07, 2004 11:30 am
Localisation : Vers l'infini et au-delà...

Re: A Pat Story : saison 2

Message par Aikau le bo » lun. nov. 10, 2008 3:27 pm

A Pat Story : saison 2. Episode 13

Une cahute dans le bayou au sud de La Nouvelle-Orléans

L’ignorance est une bénédiction. Elle permet de croire en Dieu, en l’espoir (malgré l’expérience sans cesse renouvelée de la vie) et, par conséquent, en toutes ces petites choses qui rendent le monde supportable – comme par exemple l’amour totalement désintéressé, un gouvernement non corrompu, un riche honnête ou le fait que chaque être humain ai un « bon fond » pour peu que l’on cherche vraiment (à coup de pic à glace, quelques fois)... Bref, l’ignorance, c’est bien ! Sauf quand on fait mon genre de métier, de ceux dont personne de sensé ne voudrait. Là, « ne pas savoir » revient souvent à « ne pas vivre longtemps ». L’information est essentielle dans mon job, ne serait-ce que pour savoir sur qui tirer en premier…
L’ignorance est une bénédiction… et je suis maudit.
Et puis pourquoi il y a tellement de moustiques DANS cette cahute, bon dieu !? Papa Bones, dans ses plus beaux atours breloquants, ne semble pas les remarquer. Magnus, lui, n’est tout simplement jamais tourmenté par les insectes, le salaud ! Du coup, toutes les bestioles se donnent rendez-vous au « Pat Garret Saloon » et se payent une bonne tournée sur le compte du patron. Sans doute que la vermine a décidé d’en profiter un maximum au cas où les rumeurs de fermeture définitive se confirmeraient…
Le vaudouiste a réapparu dans mes bureaux peu de temps après que Magnus ai fini de raconter son périple en Europe. Les nouvelles n’étaient – bien entendu – pas bonnes. Les Grands Esprits ne sont pas contents, pas contents du tout… Bones n’a pas cherché à en savoir trop pour éviter d’attirer plus l’attention mais, d’après lui, quand les Esprits ne sont pas contents, ils partagent très généreusement leur mécontentement avec tout le monde… En l’occurrence, une Entité capable de se déplacer d’un Plan à l’autre - comme celle qui recherche Magnus - pourrait bien donner des idées à des Esprits moins malins mais assez puissants mettre sérieusement le souk ici-bas, ce qui mécontenterait tout le monde (sauf l’Esprit en question, mais allez savoir avec ces trucs…). En gros, les Grands Esprits veulent qu’on arrête ça et qu’on leur sacrifie un chouette poulet et guise de pardon. Bones a des mots plus ésotériques pour le dire, mais on en revient finalement à : Pardon ! Pas taper ! Cadeau ?
C’est un peu comme lorsqu’un parrain du crime se rends compte qu’un petit jeunôt a monté un business sans verser son pourcentage, sans même en parler au boss et que le dit boss tombe sur des franc-tireurs connaissant justement le jeunôt… Rigolez pas, ça m’est déjà arrivé dans ma folle jeunesse ! Même que je n’ai dû mon salut qu’au fait que le parrain se soi fait descendre trois mois plus tard et que, entre temps, j’ai très largement soudoyé un des franc-tireurs, ce qui a conduit tout le petit groupe à se tirer dessus pour le magot plutôt qu’à me rechercher moi…
Aïïïïeuuuuhhh !! Putains de moustiques de bordel de cahute de saloperie de bayou de merde ! Mais pourquoi faut-il toujours que les endroits suffisamment éloignés de la populace, des forces de l’ordre ET des forces occultes citadines soient FORCEMENT aussi loins de toute civilisation ?! Doit y avoir une espèce de conspiration derrière tout ça ! Et je m’y connaît !

- « Garret, Magnus, z’êtes prêt ?
- Non.
- Je pense qu’il faudrait avant tout définir ce que…
- Ok, je commence le rituel. »



Pat Garret
Pour n’offenser personne il ne faut avoir que les idées de tout le monde
Helvétius
Avatar de l’utilisateur
Aikau le bo
Maître-Goule
Messages : 1433
Inscription : lun. juin 07, 2004 11:30 am
Localisation : Vers l'infini et au-delà...

Re: A Pat Story : saison 2

Message par Aikau le bo » mar. nov. 18, 2008 8:15 am

A Pat Story : saison 2. Episode 14

Le Royaume

Irréel. Voilà ma première impression. Cotonneux et humide viennent juste après. Un peu oppressant, aussi. Vaguement intrigant, finalement.

- « Bones ?
- Ouaip ?
- C’est normal ?
- Quoi ? Le brouillard ? J’sais pas.
- Ah…
- Ben ouais, mon pote !

Papa Bones avait commencé le rituel dans la plus pure tradition gesticulatoire de sa religion. Gris-gris, feu, fumée, trucs balancés dans le feu qui font de la fumée, paroles inintelligibles - probablement même pour lui – danses et, bien sûr, drogues dont la puissance est inversement proportionnelle à la qualité gustative. J’avais jamais rien bu d’aussi mauvais… Et puis, après un temps que j’estimerai à vue de nez entre cinq minutes et cinq cents ans, les visions ont commencées. Monstres, symboles de morts, de vie, de sexe et puis encore de mort, et puis mon père (que je n’avais jamais vu), ma mère, Magnus… La vision qui m’a le plus terrifié, je dois l’avouer, c’était moi-même… Pas facile de se voir dans ce que l’on a de plus malsain, même quand on est un cynique... Heureusement, ce n’était pas un dépucelage intégral pour moi – d’ailleurs, il paraît que ça ne fait vraiment mal que la première fois… la transe, j’entends – mais je n’avais jamais encore tenté de pénétrer « astralement » directement dans un autre monde. Je ne recommande pas. Quand on voit ce qui rôde à moins d’un souffle de notre dimension, on a pas envie d’aller ailleurs pour savoir ce qui s’y passe, des fois que « ailleurs » se retrouverait « ici »…

- « Alors ? Il se passe quoi ? Pourquoi on voit que dalle ?
- Hého ! J’suis pas omniscient moi!
- Je croyais que tu étais vaudouiste.
- Et alors ? J’contrôle pas ce qui se passe dans le Temps des Rêves, j’fais juste le passage, moi.
- Alors tu sers à quoi ?
- A faire le passage…
- Ok, où est Magnus ? Magnus !?
- T’es fou ?! Arrête de gueuler ! On sait pas ou on est là !
- Tu veux dire que TU ne le sais pas ?
- Euh… si, bien sûr, j’ai suivi la piste astrale de ton gars via le chien dégueux… techniquement – si TU ne te goures pas dans tes déductions – on est dans le Temps des Rêves… plus précisément dans celui du Rêveur.
- Parce qu’il a un monde à lui ?! Tu veux dire qu’on risque de se fritter avec un dieu ?
- Un dieu, un dieu… Naaann. C’est pas un « vrai » dieu. Uniquement de ce monde-ci. Sûrement.

Génial. Un dieu sur son propre territoire… Bah ! Après tout, pourquoi pas ? Pourquoi pas ? Ben… parce que un dieu sur son propre territoire, tiens ! Je devrais faire des sciences avec le professeur Rindolf, je suis doué pour la logique. Si ça continue, je vais même bientôt être expert en « résistance des matériaux biologiques de type humanoïdes ». Testé par moi-même… Ouaip !


Pat Garret
Pour n’offenser personne il ne faut avoir que les idées de tout le monde
Helvétius
Avatar de l’utilisateur
Aikau le bo
Maître-Goule
Messages : 1433
Inscription : lun. juin 07, 2004 11:30 am
Localisation : Vers l'infini et au-delà...

Re: A Pat Story : saison 2

Message par Aikau le bo » ven. nov. 21, 2008 11:19 am

A Pat Story : saison 2. Episode 15

Nous avançons. Le brouillard se dissipe lentement. Un sol fait de pavés noirâtres. Des murs, des bâtiments. Une ville ancienne, comme sur les dessins de bourgs moyenâgeux. Magnus. Magnus qui nous tourne le dos et regarde un mur, Magnus qui fait « Ohh », Magnus qui fait « Humm » ou « Fascinant !». Pas bon signe, ça. Quand il est fasciné, c’est rarement par des couchers de soleil… Je m’approche et regarde le dit mur. Ce dernier est entièrement recouvert de signes kabbalistico-mathématico-parapsycho-trucs. Des schémas, des chiffres, une spirale qui tourne lentement – littéralement – et des lettres qui changent suivant l’angle de vue. Je n’y comprends bien sûr rien du tout, mais il se dégage de tout cela comme… une impression d’abîme vertigineux, une porte vers… ailleurs. Un ailleurs sûrement verdâtre avec des tentacules. Sûrement.

- « Heu… Magnus ?
- Hum ?
- Heu… Pourquoi les dessins ils bougent tout seuls
- Parce qu’ils transforment la Réalité autour d’eux, voyons !
- Ben ouais, logique… mais on est encore dans la Réalité ?
- Bien sûr ! Quelle question, Garret ! Des fois, je me demande si tu réfléchis un peu plus que 30 secondes avant de parler! Le Temps des Rêves – du moins celui-ci - est rattaché à notre monde de façon évidente. Nous sommes donc soumis aux même impératifs quantiques avec peut-être juste un peu plus de « lubrification » au niveau de la théorie des probabilités.
- Woh ! Du calme, mon pote ! Qu’est-ce qui t’arrives ? Je ne t’ai jamais vu comme ça ! Et puis, ça veut dire quoi, tous ces dessins ?
- Ce que ça veut dire ?! Ce que ça veut DIRE ?!… Bon, ok, je ne sais pas ce que ça veut dire… mais je sais ce que cela signifie !
- Ah…et ça signifie… ?
- Que quelqu’un a trouvé comment altérer suffisamment la Réalité pour insuffler la vie à ce qui n’en a pas.
- Quelqu’un ? Ward, tu veux dire.
- Humm…. Je ne sais pas trop. Regard, là (Rindolf me montre une sorte de diagramme tarabiscoté). Typique du style à la fois créatif et libéré du professeur. Par contre, là (un autre diagramme, tout aussi tarabiscoté mais peut-être un peu plus « carré »), ce schéma ne laisse place à aucune interprétation, aucune variable. Aussi dur et froid qu’une science peut l’être.
- Ou qu’un psychopathe.
- Hum ?
- Non rien. Alors, ce n’est qu’en partie de Ward ? Il s’est trouvé un petit copain joueur comme lui ? Le Rêveur ?
- Le Rêveur ? Non, pas son genre. Trop onirique. Hum… Tu te souviens quand je t’ai dit que après sa première mort, le professeur Ward était par moment plus concentré que d’habitude?
- Vaguement, pourquoi ?
- Euh… Est-ce que je t’ai aussi parlé de Monsieur Draw ?


Pat Garret
Pour n’offenser personne il ne faut avoir que les idées de tout le monde
Helvétius
Avatar de l’utilisateur
Aikau le bo
Maître-Goule
Messages : 1433
Inscription : lun. juin 07, 2004 11:30 am
Localisation : Vers l'infini et au-delà...

Re: A Pat Story : saison 2

Message par Aikau le bo » mar. nov. 25, 2008 3:53 pm

A Pat Story : saison 2. Episode 16

- « Monsieur Draw ?
- Euh… Dites, les gars…
- Oui, Pat, Monsieur Draw. Tu sais, quand une personne « revient » après être morte, elle…
- Les gars ?
- … utilise en réalité l’énergie d’une Entité qui a échoué à posséder son corps, comme je te l’ai déjà expliqué, et…
- Hého ! On a de la visite !

Je me retourne brusquement. Le vaudouiste pointe un doigt long et effilé vers une ombre au bout d’une ruelle parallèle plongée dans l’obscurité. Humain ? Prudence, tout ce qui marche sur deux jambes n’est pas humain (voyez les huissiers, par exemple). Humanoïde en tout cas, s’avançant vers nous en boitant. Je jette un coup d’œil autour de nous. Nous sommes dans une rue relativement large. Personne d’autre en vue. Nous pourrions nous carapater, mais pour aller où ? La silhouette se rapproche de la lumière de la rue et, comme pour obéir à un impératif narratif, s’effondre face contre le sol de telle façon à ce qu’il n’y ai que la tête qui sorte de l’obscurité. Papa Bones n’est pas altruiste : il ne bouge pas. Je suis altruiste - même si je ne l’avouerais jamais…à moins que cela soit un avantage tactique sur le moment ou qu’une charmante jeune femme soit dans les parages - mais je suis très méfiant : je ne bouge pas tout de suite. Magnus n’est pas altruiste – « le bien commun passe par le progrès scientifique, pas par l’aide individuel » - , pas méfiant non plus – « pourquoi ce gangster invocateur de démons et violeur d’enfants nous mentirait?» - , mais il est par contre très curieux : il s’avance vers le corps.
Ca n’a pas manqué. Le gars – car il s’agissait en grande partie d’un gars – a agrippé Rindolf au moment où celui-ci se penchait pour voir de quoi il en retournait. Heureusement, le professeur n’est pas tombé au sol et s’est retrouvé avec un type hurlant « Donnes-moi ta vie ! » accroché à son veston, ses jambes « mécanico-sanguinolantes » traînant inertes au sol. Je dégaine, hésite une seconde, pesant mes chances de tirer sur le type sans passer par la case « Magnus », avant de saisir mon pistolet par le canon et de balancer un coup en plein sur la tempe du gars. PLOTCH ! Plotch ? Ca fait pas « plotch », d’habitude. Plutôt « tok » voire quelque fois « crack », mais jamais « plotch ». Et puis, je n’ai jamais vu une tête exploser comme un fruit trop mûr - littéralement - après un coup de crosse. Le corps s’effondre, mais les mains restent accrochées au professeur tandis que la chair des avant-bras se détache d’une ignoble façon. On reste tous les trois un peu interloqués autour du cadavre qui tombe en morceaux, comme si chaque élément du corps se dissociait des autres. Cette séparation est particulièrement visible entre éléments mécaniques, qui se révèlent progressivement, et les parties organiques qui les entourent. C’est franchement dégueux. Rindolf dirait « fascinant ».

- « Hum… fascinant », dit-il le visage et le veston à moitié couverts des morceaux de chair, « on dirait que le processus est instable.
- Mais quel processus, bordel !? Putain, toute cette histoire commence sérieusement à…
- La vie, Garret, la vie. Imagine que tu connaisses quelqu’un qui peux donner vie à ce qui n’en a pas dans notre monde, que tu disposes d’un royaume peuplé à toi… et que tu que tu a la capacité de te déplacer à ton grée entre le Temps des Rêves et chez nous…
- Mais le type a dégouliné par terre !
- Uniquement parce que le processus n’est, semble-t-il, pas totalement au point. Il faut que tu comprennes que ce qui vit dans le Temps des Rêves ne peut normalement pas séjourner bien longtemps chez nous, simplement parce que sur Terre, ça n’est PAS vivant. C’est vivant ici OU là, mais pas les deux.
- Tu veux dire que nous on est pas vivant, en ce moment ?
- Ici, non. Nos corps sont toujours dans le bayou, nous ne sommes qu’une projection astrale, ici. Même si le temps s’écoule différent ici et là-bas, nous ne pourrions pas rester indéfiniment dans ce monde sans risquer de voir nos corps physiques mourir.
- Mais Ward il est bien dans ce monde, non ?
- Oui, mais lui il est mort…
- Ah…
- Il a raison, Pat » intervint Papa Bones « Pourquoi tu crois qu’il existe des shamans et des vaudouistes, sans même parler de tous ceux qui ne sont pas affiliés à une tradition ? Nous servons d’intermédiaires, mec, justement parce que nos mondes sont distincts. Ca me fout les jetons, cette histoire. C’est pas bons que les mondes soient trop proches les uns des autres. Je comprends mieux pourquoi les Grands Esprits sont en colère.
- Ben, tu viens pas de dire que ton job c’est de servir d’intermédiaire ? Ca va plutôt dans ton sens, non ? A moins que… ça te sucrerai ton petit business.
- Y a de ça… mais c’est plutôt que moi je sais que la plupart des Entités ont l’intelligence d’un crocodile sur qui on vient de marcher sur la queue et qu’ils foncent sur le moindre Passage avec la voracité d’un affamé…
- Et alors ? J’en ai déjà croisé plus d’une, de ces saloperies à tentacules. C’est chiant à dégommer, mais il y a toujours un moyen.
- Non, mec, il n’y a quasi que des sous-fifres, chez nous. Une véritable Entité ne pourrait survivre dans notre monde que si le sien et le nôtre sont très proches. Tu t’es jamais demandé pourquoi il y avait tant de malades avec des rituels tous plus compliqués les uns que les autres, avec Astres propices, artefacts d’une autre dimension et sacrifices à tout va ? Toutes ces conneries, c’est pour péter les Barrières. Votre mec, là, il a trouvé comment contourner les obstacles, comment passer SOUS la Barrière protégeant notre Réalité.


Pat Garret
Pour n’offenser personne il ne faut avoir que les idées de tout le monde
Helvétius
Avatar de l’utilisateur
Chimel
Maître-Goule
Messages : 1146
Inscription : mer. mai 26, 2004 10:48 am
Localisation : A l'Opéra

Re: A Pat Story : saison 2

Message par Chimel » mer. nov. 26, 2008 10:31 am

whouuuuuaaaaa....

Est un level up pour le Garret!
En essayant continuellement on finit par réussir. Donc, plus ça rate, plus on a de chance que ça marche
Avatar de l’utilisateur
Aikau le bo
Maître-Goule
Messages : 1433
Inscription : lun. juin 07, 2004 11:30 am
Localisation : Vers l'infini et au-delà...

Re: A Pat Story : saison 2

Message par Aikau le bo » sam. nov. 29, 2008 6:05 pm

Hihihi :D
Merci bien :mrgreen: !
Pour n’offenser personne il ne faut avoir que les idées de tout le monde
Helvétius
Avatar de l’utilisateur
Aikau le bo
Maître-Goule
Messages : 1433
Inscription : lun. juin 07, 2004 11:30 am
Localisation : Vers l'infini et au-delà...

Re: A Pat Story : saison 2

Message par Aikau le bo » jeu. févr. 26, 2009 3:26 pm

A Pat Story : saison 2. Episode 17

On reste tous là, un peu dépités. Et Maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? Le « plan », c’était de débarquer ici, de retrouver Charles Dexter Ward et de a) le raisonner et le convaincre de ne plus venir faire ses petites expériences chez nous (l’option retenue par Magnus), b) l’immobiliser, pratiquer un rituel - long, compliqué, ni éternel ni forcément fiable - pour l’empêcher de se déplacer d’un Plan à l’autre (l’option de Papa Bones) ou c) lui péter sa face vite fait et rentrer à la maison (mon option à moi). Tout cela en esquivant le Rêveur, les méchants toutous, les habitants de ce Royaume et en évitant de penser au rapport entre les messages « Où est Magnus Rindolf ? » sur les scènes de crime et le fait qu’on amène le dit Rindolf en plein sur le territoire de celui qui le recherche, bien sûr…

- « Bon, qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Des idées, des suggestions, une remarque sarcastique ? Magnus ?
- Ben… Il faudrait commencer par comprendre les processus qui régissent le…
- Merci Magnus. Bones ?
- Euh… Moi j’aimerais avant tout éviter de me faire sauter dessus par tout ce qui traîne dans le coin…
- Ah ! Un bon point pour notre copain colifiché ! Un moyen autre que « se faire discret » en tête ?
- Eh bien… Je pourrais tenter de réduire au maximum notre aura… Vu l’environnement et les dernières paroles de la flaque à nos pieds, il semblerait que l’on soit particulièrement… comment dire ? Visible de ce Temps des Rêves.
- Magnifique ! Plusieurs pensées me viennent à l’esprit telles que : Pourquoi tu ne l’as pas fait avant ? Il y a plusieurs Temps des Rêves ? Pourquoi tu ne l’as pas fait de toute manière ? Alors comme ça on brille en plein jour ? Tu fouterait pas un peu de nos gueules par hasard… ? Ah oui ! encore : Mais qu’est-ce que t’attends pour te bouger ? Qu’on se fasse tous bouffer !? »

Un peu dur, je sais. Un brave type, dans le fond… Il ne mérite peut-être pas de se faire passer un savon comme ça…

- « Hé ho ! Si t’es pas jouasse, tu peux aller te faire foutre, Garret ! J’suis pas un putain de Rêveur de combat, moi ! Je passe pas mon temps à me balader d’un Plan à l’autre ! J’suis un putain de vaudouiste pépère à l’ancienne qui a rien demandé à personne, moi ! »

En fait si, il mérite un savon... Le salaud oublie qu’en m’aidant il s’évite non seulement des ennuis judiciaires – rapport à ses petites activités de contrebandes que Scart accepte d’enterrer – mais surtout des problèmes occultes avec ses boss directs, Les « grands Esprits ». Les hommes sont décidément doté d’une mémoire aussi malléable que leur sens de la justice. Sauf moi, bien sûr. Un vrai roc de probité dans une mer de bassesse ! Ouaip ! D’abord !


Par Garret
Pour n’offenser personne il ne faut avoir que les idées de tout le monde
Helvétius
Avatar de l’utilisateur
Aikau le bo
Maître-Goule
Messages : 1433
Inscription : lun. juin 07, 2004 11:30 am
Localisation : Vers l'infini et au-delà...

Re: A Pat Story : saison 2

Message par Aikau le bo » mar. juin 30, 2009 2:37 pm

A Pat Story : saison 2. Episode 18

- « Ca va, ça va… Alors ? Tu peux nous rendre invisible ou quoi ?
- Humfr…
- Allez… Fait pas la gueule.
- Ouais bon… Non, je ne peux pas nous rendre « invisible », mais je peux sûrement leurrer les habitants de ce lieux et leur cacher nos auras, du moment qu’ils ne sont pas trop puissant, bien sûr…
- Ok, ça ira pour l’instant. Tu as besoin de beaucoup de temps ?
- Pas vraiment. Laisses-moi quelques minutes. »

Papa Bones se lance dans une de ses combinaisons gesticulations/ prières dont il a le secret. Moins gesticulante et bruyante que d’habitude, d’ailleurs. Il a le sens du spectacle mais sait quand il faut se grouiller… Le vaudouiste finit son rituel en nous traçant des signes sur le front avec son simple doigt. Je vois distinctement des symboles apparaître sur la peau de Magnus Rindolf et disparaître quelques secondes plus tard. Dérangeante, cette sensation d’être marqué comme un jeune veau. J’espère que l’abattoir n’est pas au coin de la rue… Bones déclarant la fin du rituel, nous décidons – ok, je décide -de prendre la ruelle en face de nous, d’où est sorti monsieur je-fonds-sur-place. Nous avançons prudemment dans la pénombre. Ca sent comme dans toutes les ruelle du monde : pisse, ordures, charognes. Une odeur presque réconfortante. En tout cas, pour ma part - rapport à mon boulot de détective - assez banale. Le passage tourne légèrement sur la droite et nous empêche de voir la sortie. Prudence. Je tends la tête. Un tout petit pont enjambe un canal entre deux bâtiments. Je m’apprête à appeler mes compagnons quand, pris au dépourvu, je croise le regard d’un homme sur une petite barque sur le canal en contre-bas. Je reste là, un peu con, à le regarder. Le type, apparemment tout ce qu’il y a de plus humain, pousse sans bruit son embarcation avec une longue perche. Je le fixe, les yeux ronds. Il passe lentement avec sa barque, l’expression du « qu’est-ce qui m’veut ce type ? » sur le visage. Nous nous observons jusqu’à ce qu’il disparaisse dans un virage du canal. J’ai manifestement passé pour un con, mais pas pour une menace. Garret le furtif, ouaip !

- « Bones ? Je crois que ton camouflage fonctionne. »
- Ben ouais. Qu’est-ce que tu croyais ?
- Qu’on allait se faire griller en 30 secondes.
- Haha… Toujours aussi drôle… Au lieu de faire de l’esprit, écoute un peu»

Une rumeur, flux et reflux, comme des vagues sur la grève. Je connais ce son. Une foule. Une intuition. Enfin, plus précisément un frisson désagréable annonciateur d’emmerdes. Un nom…

- « Dis-voir, Magnus… T’étais pas en train de nous parler d’un certain Draw ?
- Ah bon ? Quand ça ?
- Avant que le mec fonde sur toi.
- Ah oui ? Oui, sûrement.
- … Alors ?!
- Hein ? Oh ! Et bien, je pense pouvoir dire, de manière très succincte, naturellement, d’après les quelques éléments que j’ai pu récolter lors de mes observations in-situ et des recherches menée à la bibliothèque de Londres lors mon retour d’Europe, que Monsieur Draw est la version possédée de Charles Dexter Ward, son double en quelque sorte.
- Heu… genre comme l’histoire du jumeau maléfique, méchant et tout ?
- On « pourrait » interpréter cela ainsi si l’on voulait être inexact, je pense. Si l’on désirait avoir une certaine forme de rigueur scientifique, bien que très vulgarisée, on devrait plutôt dire qu’au lieu de simplement abdiquer ou de se soumettre à l’Entité qui l’a possédé à sa mort – sa première, j’entends – Charles s’est… comment dire ? Séparé de lui-même. Son âme s’est dissociée. Une part a soumis l’Entité – ce qui lui a permis de renaître - et une autre a été soumise, et cela aussi bien physiquement que astralement. La seule raison pour laquelle nous n’avons pas vu son double immédiatement à été la contrainte temporelle. L’Entité n’a pas eu le temps de se matérialiser dans notre Réalité – les travaux de Howard Likecraft sont très clairs à ce sujet – et s’est simplement installée dans l’esprit du professeur pendant quelques jours. Manque de chance, le Rêveur a détruit le corps de Charles avant que l’Entité ne puisse prendre forme. Pourquoi n’avons-nous pas assisté à une possession classique ? Et bien, mon hypothèse est que l’Entité n’a pas trouvé « d’accroche » dans son esprit – brillant au plus au point – mais était néanmoins trop puissante pour être dominée totalement. Le résultat fut un dédoublement assez semblable au phénomène « doppelgänger » qui…
- Ca va, j’ai compris le principe. Ce que je veux savoir, c’est si Draw a été transporté ici en même temps que Ward, quand le Rêveur a détruit son corps physique.
- Très probable, l’Entité n’avait pas encore pris forme dans notre monde.
- Et c’est une bonne ou une mauvaise chose pour le Rêveur ?
- Euh… je dirais plutôt mauvaise. Les Royaumes privés comme ceux du Rêveur sont par nature proches de notre monde ET de ceux des Entités, dont la puissance croît, entre autre, avec la taille de leur Royaume et le nombre de leurs sujets. Par conséquent, ces types d’univers sont bardés de protections pour empêcher les Entités d’y pénétrer et de les conquérir.
- Et dans le cas où on introduit involontairement l’Entité dans son patelin, il se passe quoi ?
- Scientifiquement ?
- Non, réellement.
- C’est faire entrer un loup dans une bergerie, sauf que dans ce cas le loup cherchera en premier lieu à tuer le berger, puis à transformer les moutons en loup pour en faire son armée, puis…
- Puis quoi ? Accouche !
- A passer dans notre monde via son nouveau Royaume si commodément proche du notre…
- Ah… Mais il faut d’abord que l’Entité conquière le territoire, non ? Comment on fait ça ?
- Eh bien… je dirais comme tous les territoires : par la force ou… la persuasion.
- Et c’est pas la même chose ?
- Si, mais il y en a un cas où l’on parle plus… ou du moins plus longtemps.


Pat Garret
Pour n’offenser personne il ne faut avoir que les idées de tout le monde
Helvétius
Répondre

Revenir vers « DeadLands »