Classification Moorcanienne des Entités

Ouais sans blagues, ouais, et ça c'est le forum à Chimel ouais, C'EST QUOI MON NOM?

Modérateur : Chimel

Avatar de l’utilisateur
Aikau le bo
Maître-Goule
Messages : 1433
Inscription : lun. juin 07, 2004 11:30 am
Localisation : Vers l'infini et au-delà...

Classification Moorcanienne des Entités

Message par Aikau le bo » mer. août 23, 2017 1:53 pm

Classification Moorcanienne des Entités et autres configurations ontologiques

Classification des Entités

Une Entité est essentiellement définie selon son intrication dans notre Plan et ses possibilités de remettre en cause les principes aristotéliciens ainsi que la causalité kantienne.

- Classe 1 : L’Entité est liée à notre Plan et dispose de pouvoirs dépassant le cadre de la thermodynamique aristotélicienne sans pour autant remettre en question la causalité kantienne.
o Exemples : James Podler (objet en cours d’étude)

- Classe 2 : L’Entité n’est pas liée à notre Plan mais peut s’y déplacer. L’Entité n’est pas soumise à la causalité kantienne mais est limitée dans ses actions sur notre Plan.
o Exemple : Billy Boy

- Classe 3 : L’Entité n’est liée à aucun Plan connu et se déplace librement sur Yggdrasil. Les capacités de l’Entité sont sans limites connues mais dépendent probablement du différentiel des niveaux d’énergies entre les Plans.
o Exemples : Ithaqua, Jehova, Allah, Yahvé, Nyarlathotep

Classification des Abominations

Les niveaux de classification d’Abominations dépendent certes des capacités des Abominations, notamment d’actions sur notre Plan, mais pas exclusivement.

En effet, on peut considérer une Abomination comme Billy Boy de classe supérieure à celle d’un Crotale Mojave car, bien que disposant d’un potentiel de destruction immédiate bien supérieur à Billy Boy, le Crotale Mojave reste une puissance canalisable selon des principes aristotéliciens. Au contraire, Billy Boy ne répond pas à ces principes et fait preuve d’une volonté propre autrement plus efficace que la force brute d’un Crotale Mojave.

L’autre aspect permettant de caractériser le niveau de l’Abomination est le niveau de perturbation métaphysique et métapsychique (appelé improprement et puérilement « Terreur » par les petites âmes non-formées aux Réalités scientifiques du monde) induit par l’Abomination dans une zone donnée. Plus la zone est large et/ou plus la perturbation est profonde, plus l’Abomination liée à la perturbation est de niveau élevé.

- Niveau 1 : Abomination ayant un impact faible sur son environnement, pouvant passer inaperçue ou assimilée à d’autres causes que l’Abomination, comme par exemple des super-prédateurs ou des probablités défavorables.
o Exemples: Garth Thornwall, James Podler, Wendigo, Bovins, Loup-garous, Jackalop, Gremlin

- Niveau 2 : Abomination ayant un impact fort sur son environnement impossible à dissimuler. Le niveau de perturbation métaphysique et métapsychique est conséquent mais se manifeste généralement uniquement dans le respect des principes aristotéliciens et de la causalité kantienne.
o Exemples : Crotale Mojave, La Porteuse de Rage

- Niveau 3 : Abomination ayant un impact total sur son environnement. Le niveau de perturbation métaphysique et métapsychique brise les principes aristotéliciens et ceux de la causalité kantienne, perturbant grandement l’utilisation des guizmos (y compris celle brisant à dessein ces principes, ce qui est en soi fascinant). La perturbation est telle quelle affecte directement le psychisme humain, l’environnement physique ainsi que l’utilisation des énergies psychiques des hucksters.
o Exemples : Billy Boy, Los Diablos

Classification des Âmes

Pour les différentes définitions de l’âme, voir notamment les travaux de : Platon, Aristote, Bill le boucher, D. Hellstromme, Rabbi Akiva, etc.

Les âmes de la quasi-totalité des Entités et Abominations sont des Grandes Âmes, pour des raisons évidentes de différentiel énergétique potentiel.

Les raisons pour lesquelles certaines âmes humaines sont petites ou Grandes ne seront pas étudiées ici. Nous laissons ces travaux aux spécialistes que sont les Charcot et autres Meynert. Toutefois, de même qu’il existe des critères aussi rigoureux que scientifiques pour juger une œuvre d’art (qui n’ont rien à voir avec les « goûts » de chacun), il existe un – seul ? – critère objectif et scientifiquement valide pour juger une âme humaine : le SoulCatcher.

- Petite Âme : Âme sans intérêt, équivalent énergétique du petit bois
o Exemples : Menu fretin, personnalité insipide, sans-nom

- Grande Âme : Âme intéressante, équivalent énergétique de la ghost rock (étude en préparation sur le sujet. Titre provisoire : « Les Grandes Âmes : La nouvelle ruée vers l’or ? »)
o Exemples : Entité, Abomination, Humain pertinent

Classification des apparitions physiques du SoulCatcher

Les apparitions physiques du SoulCatcher dépendent en grande partie de la volonté de son utilisateur puisque ces apparitions sont une projection matérialisée à partir de sa volonté. Il s’avère toutefois après de nombreuses expérimentations que ces apparitions tendent naturellement vers des ontologies ayant été croisées par l’utilisateur, sans doute en raison de la résonnance mémoriel de ce dernier.

Pour une raison inconnue à ce jour, le Soulcatcher semble reproduire souvent les mêmes apparitions et de manière plus efficace si ces dernières ont été précédemment captées et conservées dans une SoulBullet (alors même que techniquement il n’y a aucune interaction entre l’apparition, pure produit de la volonté de l’utilisateur, et une quelconque SoulBullet. Résonnance karmique ?).

« L’Habitus » d’utilisation du SoulCatcher permet des matérialisations plus nombreuses ou plus puissantes. À la manière d’un instrument de musique dont les harmonies sont strictement réglées par les lois mathématiques mais dont la capacité à produire des harmonies dépend de l’instrumentiste, les niveaux d’apparitions physiques du SoulCatcher dépendent du talent de l’utilisateur.

- Niveau 1 : Soldat
- Niveau 2 : Lycanthrope
- Niveau 3 : Golem
- Niveau 4 : Sentinelle
- Niveau 5 et suivants : Inconnu
Dernière édition par Aikau le bo le lun. août 28, 2017 7:40 am, édité 1 fois.
Pour n’offenser personne il ne faut avoir que les idées de tout le monde
Helvétius
Avatar de l’utilisateur
Chimel
Maître-Goule
Messages : 1146
Inscription : mer. mai 26, 2004 10:48 am
Localisation : A l'Opéra

Re: Classification Moorcanienne des Entités

Message par Chimel » lun. août 28, 2017 6:40 am

J'aime cette version tout public de la conception du monde de Saul, car comme il le sait, il a exclus toute références dans cette classifications à Ceux qui Surveillent... Car si cela était couché sur le papier, leurs Espions leurs donneraient le Savoir...
En essayant continuellement on finit par réussir. Donc, plus ça rate, plus on a de chance que ça marche
Avatar de l’utilisateur
Aikau le bo
Maître-Goule
Messages : 1433
Inscription : lun. juin 07, 2004 11:30 am
Localisation : Vers l'infini et au-delà...

Re: Classification Moorcanienne des Entités

Message par Aikau le bo » lun. août 28, 2017 7:39 am

Chimel a écrit :Car si cela était couché sur le papier, leurs Espions leurs donneraient le Savoir...
Celles qui meuglent et qui ruminent savent...Elles sont partout, cachées de la plus habile des façons: aux yeux de tous...
Pour n’offenser personne il ne faut avoir que les idées de tout le monde
Helvétius
Avatar de l’utilisateur
Ethan
Chevalier de la Saucisse Géante
Messages : 293
Inscription : sam. sept. 06, 2008 2:24 pm
Localisation : Plaine de Mulgor

Re: Classification Moorcanienne des Entités

Message par Ethan » jeu. déc. 14, 2017 5:39 pm

c'est un aide-mémoire pour le loot?
http://www.symbiose-lce.fr/ - World of Warcraft
Avatar de l’utilisateur
Aikau le bo
Maître-Goule
Messages : 1433
Inscription : lun. juin 07, 2004 11:30 am
Localisation : Vers l'infini et au-delà...

Re: Classification Moorcanienne des Entités

Message par Aikau le bo » ven. déc. 15, 2017 2:25 pm

Ethan a écrit :c'est un aide-mémoire pour le loot?
:lol: :lol: :lol: :mrgreen:
Pour n’offenser personne il ne faut avoir que les idées de tout le monde
Helvétius
Avatar de l’utilisateur
Aikau le bo
Maître-Goule
Messages : 1433
Inscription : lun. juin 07, 2004 11:30 am
Localisation : Vers l'infini et au-delà...

Re: Classification Moorcanienne des Entités

Message par Aikau le bo » ven. mars 09, 2018 4:52 pm

Réflexions sur la symbolique empirique : Dialectique des Contrées des Rêves

Nous avons démontré dans nos précédents travaux les différentiels énergétiques inhérents aux différents Plan d’existences et avons mené quelques réflexions sur l’extrapolation théorique des Plans sur le modèle bien connu du tableau périodique des éléments de Mendeleïev. Dans le présent article, nous nous proposons de mener une courte réflexion autour d’une notion déconcertante pour tout scientifique digne de ce nom : la symbolique

En effet, si des notions ésotériques comme « architecture sacrée », « cartomancie », « karma » et autres « divinations d’haruspices » relèvent toujours au mieux de la méconnaissance des mécanismes sous-jacents, au pire de la piètre escroquerie superstitieuse, de récente découvertes nous amènes à penser que certains types de symbolique pourraient être empiriquement moins farfelus qu’il n’y paraît. Nous rassurons immédiatement notre lecteur : l’objet de cet article n’est pas d’argumenter en faveur d’un « sens » transcendantal des choses mais bien de ramener la symbolique à un phénomène immanent – pour autant que ce qualificatif soit pertinent en matière d’effets transplanaires - relevant d’un mécanisme similaire à celui qui amena l’alchimie ésotérique à évoluer en chimie et en alchimie scientifique.

Afin de démontrer la viabilité du concept, nous utiliserons notre propre expérience dans le Plan nommé communément « Contrée des Rêves ». C’est dans ce Plan que nous avons pu constater les effets les plus spectaculaire de ce qu’il convient de qualifier « d’effet empiriquo-symbolique » ou EES. Les EES sont caractérisés par un lien causale démontrable (voir annexes) entre un phénomène et sa symbolique. Ainsi, dans la Quête onirique de Billy Boy – compte-rendu en cours de rédaction – l’ensemble des phénomènes relèvent de la symbolique pour les protagonistes : plaine, indiens, guerre, incompétence et deshumanisation des gradés, soldats passant de vie à trépas et de trépas à vie, absurdités des assauts, accaparement des ressources liées aux différentes formes de la ghost rock, ville frontière, poupées et marionnettiste mortels de l’enfance, fuite, tranchée et trêve forcée, camps s’affrontant sans protéger leurs forces vives, enlisement définitif du conflit, acceptation de la mort, enlèvements d’enfants, etc. Tous ces aspects symboliques forment un « tout » interprétable ET dans le même temps empiriquement indispensable à la réalisation de la Quête onirique de Billy Boy, ce qui constitue une dichotomie aristotélicienne. Sens et action sont réunis au sein d’un même groupe ontologique.

On le voit, chaque élément renforce la théorie selon laquelle les EES sont bel et bien existants et ne relèvent pas de corrélations fautives ou d’une libre interprétation ésotérique superstitieuse. Un lien existe entre les phénomènes des Contrées des Rêves et la symbolique des phénomènes.

Deux ensembles de questions se posent par conséquence :

- Est-il possible d’influencer sur les phénomènes des Contrées des Rêves non pas en agissant sur le phénomène symbolique mais en changeant la symbolique ? Par exemple, si on considère qu’une croix chrétienne n’est plus un symbole de mort, de souffrance, de résurrection ou plus généralement de christianisme, mais est en réalité un symbole mathématique quadridimensionnel, cela change-t-t-il le phénomène dans les Contrée des Rêves, transformant un cimetière en…autre chose ?

- Dans quelle mesure l’effet empiriquo-symbolique fonctionne-t-il sur notre Plan d’existence ? Notre niveau d’énergie est-il suffisant pour que l’EES opère ? L’ordre politico-économique des francs-maçons a-t-il par chance touché à quelque vérité ? La symbolique de la kabbale peut-elle véritablement s’appliquer sur notre Plan ? La numérologie est-elle l’alchimie moyenâgeuse des mathématiques modernes ? La Qiyâs ésotérique (symbolique analogique des écritures ésotériques) relève-t-elle du pur fantasme de derviches enivrés ou peut-elle opérer empiriquement, ce qui signifierait qu’un symbole peut avoir un effet opératoire physiquement mesurable ?

Toutes ces questions demeurent pour l’instant sans réponse, mais ouvrent d’ores et déjà des champs spéculatifs et expérimentaux fascinants.

Saul Moorcan
Pour n’offenser personne il ne faut avoir que les idées de tout le monde
Helvétius
Avatar de l’utilisateur
Aikau le bo
Maître-Goule
Messages : 1433
Inscription : lun. juin 07, 2004 11:30 am
Localisation : Vers l'infini et au-delà...

Re: Classification Moorcanienne des Entités

Message par Aikau le bo » ven. juin 29, 2018 2:10 pm

De la personnification anthropomorphique comme principe de puissance matérialisé

Faits :

- Lors du combat contre Los Diablos, de nombreuses stratégies ont été testés, dont une en particulier : la matérialisation de Sentinelles via le SoulCatcher

- L’aspect extérieur des Sentinelles dépend de la volonté du matérialisateur.

- L’aspect le plus régulièrement matérialisé des Sentinelles est celui de la forme lycanthropique de Garth McCornick

- Alors que la stratégie des Sentinelles Garth n’était pas fructueuse, le choix de changer de forme a été effectué pour passer à celle de Gabrielle, sous sa forme sublime.

- Le choix de Gabrielle s’est avéré meilleur que celui de Garth, mais pas encore suffisant pour vaincre l’Entité Los Diablos

- Le choix passer à une forme de Saul Moorcan, sous sa forme normale, a été effectué. Ce choix s’est avéré fructueux puisque seule cette forme, après de très nombreuses tentatives infructueuses avec d’autres formes, a réussie à entraver l’Entité dans une prise bloquante qui a conduit directement à sa destruction

Interprétation

- La puissance de la forme semble être liée au lien que le matérialisateur entretien avec cette dernière. Garth est un proche, Gabrielle une épouse, mais le lien le plus fort qu’un être vivant peut avoir est naturellement avec lui-même, donc dans le cas qui nous occupe avec moi-même Saul Moorcan.

- Cela ouvre des perspectives fascinantes, jusqu’au Doppelgänger. Pour ce dernier aspect, un surcroit de puissance électrico-psychique est encore nécessaire, mais la recherche est à bout touchant.

- La projection du moi profond est une source de puissance. Corolaire : Les Grandes Âmes sont des sources de puissance, non seulement en tant que combustible déclencheur capable d’ouvrir une brèche dans les niveaux d’existence, mais également sur un plan simplement métapsychique. La Grande Âme – et le Grand homme qui va avec – pourrait par conséquent directement influencer le Plan matériel par sa simple présence et non pas uniquement par ses actions, aussi Grandes soient-elles.

- Lien potentiel avec la théorie – mal nommée, quand cessera-t-ton d’éditeur cet ouvrage ?! – du niveau de Terreur.
Pour n’offenser personne il ne faut avoir que les idées de tout le monde
Helvétius
Répondre

Revenir vers « DeadLands »